Exposition lumineuse (2). Comment utiliser correctement la correction de l'exposition lumineuse

Partager cet article

Comment utiliser correctement la correction de l'exposition lumineuse

Exposition lumineuse

Vos photos sont-elles parfois trop foncées ou trop claires bien que vous utilisiez le dispositif automatique d'exposition lumineuse ? Vous n'êtes pas le seul. Les erreurs d'exposition lumineuse sèment au début le doute chez bon nombre de photographes amateurs. La cause réside dans la capacité du dispositif automatique de l'appareil photo à déterminer l'ouverture de diaphragme et la vitesse d'obturation sur la base d'une valeur standard. Bien souvent, cette réalité ne correspond pas à la scène perçue par le photographe.

Même les appareils photo reflex numériques professionnels, équipés des meilleurs processeurs d'images de leur temps, ne peuvent pas calculer l'exposition lumineuse avec l'exactitude attendue par le photographe.

Que devez-vous faire en cas d'erreur d'exposition lumineuse ?

Heureusement, presque tous les appareils photos offrent la possibilité de corriger manuellement l'exposition lumineuse. La fonction pour corriger l'exposition lumineuse est identifiée dans la plupart des caméras par un symbole « +/- ». La touche ou la combinaison de touches correspondante de l'appareil-photo pour débutants ou des appareils photos reflex numériques professionnels est en règle générale relativement simple à atteindre (avec le pouce droit ou l'index) - une indication selon laquelle même les photographes expérimentés utilisent fréquemment la correction de l'exposition lumineuse.

Comment puis-je obtenir une exposition lumineuse correcte ?

Le principe est tout à fait simple : si la photo apparaît trop foncée, réglez une valeur positive via la fonction « +/- ». Si la photo est trop claire, choisissez une valeur négative. Un bon point de départ est une valeur de correction de +2/3 EV ou-2/3 EV.

Venons-en maintenant brièvement à la théorie : l'abréviation EV est utilisée pour l'indice de lumination (en anglais Exposure Value). Chaque unité sur l'échelle de l'indice de lumination marque, en fonction du type de lecture, un doublement ou une diminution de moitié de la quantité de lumière. L'ouverture de diaphragme et la vitesse d'obturation sont établies de manière analogue. Si vous ouvrez le diaphragme par exemple de f/8 à f/5,6, ceci correspond à un doublement. Le même principe est applicable lorsque vous augmentez la vitesse d'obturation de 1/125 à 1/60 de seconde. Qu'en est-il des valeurs intermédiaires, par exemple f/6,7 ou 1/100 sec. ? Elles caractérisent des indices de lumination de 1/2 ou 1/3.

Au début, ne corrigez l'exposition lumineuse que pour un seul indice de lumination de deux tiers (+2/3 ou –2/3). Vous minimisez ainsi le risque de sous-exposition ou de surexposition lumineuse. Dans beaucoup de cas, cette correction suffit déjà pour obtenir l'effet d'exposition lumineuse souhaité. Vérifiez le résultat sur l'écran et augmentez la correction au cas où la photo continue à apparaître trop foncée ou trop claire.

Pour les valeurs de correction de plus d'un indice de lumination, vous devez être en général prudents. Il y a un risque de sous-exposition/surexposition. Après la photographie, contrôlez l'histogramme pour vous assurer que le dessin soit préservé dans les zones essentielles de l'image.

En sachant cela, vous pouvez corriger à tout moment et de manière précise, l'exposition lumineuse (pas seulement en cas de conditions lumineuses extrêmes). Vous serez surpris de constater le nombre de situations dans lesquelles vous pourrez entreprendre la correction pour donner une note créative et personnelle à vos photographies.

Article similaire